Les Jardins du Nous


Les Jardins, des espaces de co-apprentissage et de création de Communs pour structurer la communauté



image QuoiJdNimage.png (0.1MB)
Les Jardins du Nous sont de précieux espaces d'apprentissage ! De pair à pair, les Jardinier·es y cultivent leurs liens, leurs savoir-faire et savoir-être aux travers d'activités multiples (formations, partage d'expériences, expérimentations, etc.). Entraide et partage se feront alors en présentiel ou en ligne, au choix.

Concrètement, ils structurent la communauté apprenante en sous-communautés autonomes, toujours reliées et ce par le Grand Jardin ainsi que par des liens de gouvernance.

Constitués en grande partie de Jardinier·es inscrit·es au Grand Jardin, ils peuvent rester ouverts et ainsi créer des liens avec d'autres acteur·rices d'un territoire ou d'autres communautés de pratique. Tout cela dans le respect de la raison d'être du Jardin et de ses activités.

Pour cette rentrée 2018, nous commencerons par développer tous ensemble le Grand Jardin. L'accompagnement à la création de nouveaux Jardins sera limité : nous nous appuierons sur les premiers jardins existant pour définir les règles du jeu des jardins, affiner les besoins d'accompagnement et aboutir en 2019 sur l'émergence de nouveaux jardins.


Rejoindre les Jardinier·es,
ça m'intéresse !


Un Jardin local regroupe des Jardinier·es d'un même territoire géographique : Jardin de Paris, de Grenoble, du Sud-Ouest...

Un Jardin thématique regroupe des Jardinier·es de différents territoires, autour d'une même thématique pouvant être liée à :
  • l'intégration d'une formation : Jardin des AdN, Jardin du Co-développement, Jardin d'animation du Jeu du Tao, Jardin LSC, etc.
  • un contexte d'organisation : Coopérative de production, Habitat groupé, Etablissement d'éducation, de santé, Mouvement citoyen, etc.
  • une compétence à développer : Facilitateur·rice, Premier lien, Compagnon·ne, etc.
  • un sujet de recherche : gestion en gouvernance partagée, clown&gouvernance partagée, etc.

La raison d'être d'un Jardin précise le ou les territoires dans le(s)quel(s) s'inscrit le Jardin, et la ou les thématiques particulièrement cultivées.

Les activités y sont multiples et réalisées à distance ou en présentiel.
Dans chaque Jardin, des espaces d'échanges et de contact entre Jardinier·es sont proposés ainsi qu'une contribution aux communs.

En fonction des besoins des Jardinier·es et de la raison d'être du Jardin, différents types d'activités sont proposées au sein d'un Jardin :
  • échange de pratique entre pairs, formation : co-développement, créativité pour définir un déroulé d'animation, co-vision/débriefing d'expériences d'animation,
  • formations mutualisées entre Jardinier·es ou entre plusieurs Jardins,
  • séminaires d'expérimentation et de recherche,
  • expérimentation des outils de gouvernance partagée grâce à la réalisation de Défis du faire ensemble.

Certaines ressources ou activités du Jardin peuvent être proposées à des visiteur·ses, non inscrit·es comme Jardinier·es sur la plateforme. Cela est à la discrétion du Noyau du Jardin en fonction des besoins (journée d'échange avec des acteur·rices externes, sondages, co-écriture de documents avec d'autres personnes, etc.).

image QuoiJdNimage2.png (0.3MB)
L'autonomie fonctionnelle d'un Jardin lui permet de définir différents niveaux d'engagements en fonction des besoins d'apprentissage (voir la cascade d'apprentissage) et des disponibilités.
Ainsi certain·es viendront ponctuellement "butiner" lors de soirées ou sur l'espace de collaboration en ligne, quand d'autres s'engageront sur un cycle de co-développement, de formation ou un défi du faire ensemble.

L'important étant que les engagements attendus (temps, argent, implication, etc.) soient clairs pour être tenus en conscience.

Chaque Jardin est autonome dans son fonctionnement et dans son modèle économique.
Sa constitution (raison d'être, règles d'entrées/sorties, modèle économique, processus de gouvernance, etc.) est définie par un "Noyau" composé d'au moins 2 personnes, à partir d'un code source identique à tous les Jardins et institué par les instances de gouvernance de la SCIC.

Ce noyau est le cercle d'ancrage du Jardin à partir duquel vont se définir et se distribuer les rôles permettant de le faire fonctionner, de le relier au reste de la communauté (Grand Jardin) et de sa gouvernance.

Ces rôles peuvent être valorisés en monnaie complémentaire ou en euros, selon les règles définies par la constitution de ce Jardin, et être attribués à des Jardinier·es ou Compagnon·nes.

Chaque Jardin contribue aux communs de la communauté en partageant ses questions, productions, retours d'expériences et en participant en conscience au modèle économique de la communauté et de la plateforme.

Pour mettre de la conscience sur les questions relatives à l'argent et contribuer aux besoins de fonctionnement du Jardin et de la communauté des Jardinier·es du Nous, la constitution d'un Jardin précise son modèle économique et notamment les points suivants :
  • les fonctions internes du Jardin éventuellement valorisées.
  • les modalités du versement des contributions au Grand Jardin
  • les éventuels engagements minimum demandés aux Jardinier·es de ce Jardin
  • les autres modes de collecte (organisation d'événements, de rencontres ou de collecte de fonds).

Pour chacun de ces points : la monnaie utilisée (euros ? monnaie complémentaire ?) et le mode de collecte (forfait/prix fixe ? mensuel/ponctuel ? participation consciente ? ) sont précisés.